Uchronie Wiki
Advertisement
Uchronie Wiki



Informations générales[]

Créée en 1955 suite à l’unification des quatre zones d’occupations Alliées d’après-guerre, la RFA est la seconde puissance économique d’Europe derrière le royaume de Pologne-Lituanie.

Héritière du Saint Empire et de l’Empire allemand, la RFA est une république fédérale dirigée par un président et un chancelier en charge du gouvernement.

Le Bundestag, assemblée monocamérale de la RFA, constitue la branche législative du pays.

Le président actuel est Frank-Walter Steinmeier et son chancelier est la conservatrice Angela Merkel (CDU).

Histoire[]

Débuts et unification allemande[]

Suite à la création de l’Empire d’Autriche en 1804 en réaction à la monarchie constitutionnelle française, les états allemands commencent à rêver d’unification.

La Confédération germanique comprenant les royaumes de Brandebourg, du Wurtemberg et de Bavière ainsi que tous les anciens duchés du Saint Empire est créée en 1805.

Le printemps des peuples de 1848 voit le rêve d’unification s’accélérer. Un parlement fédéral est créé en 1849 et la couronne d’empereur est proposée au roi de Brandebourg Frédéric-Guillaume IV, mais celui-ci refusa.

Les tensions entre le Brandebourg et l’Autriche furent grandissantes et la guerre entre les deux nations éclata en 1866. La victoire des forces du Brandebourg eut pour effet la dissolution de la Confédération germanique et la création de la Confédération de l’Allemagne du Nord.

La création de l’Empire austro-hongrois en 1867 enterra le rêve d’une grande Allemagne unifiée.

Les tensions entre l’Empire français et le Royaume de Brandebourg mena les pays du sud de l’Allemagne à se rallier à ce dernier.

La guerre Franco-Brandebourgeoise de 1870 vit l’alliance de tous les états allemands pour une cause commune.

Création de l’Empire et colonialisme[]

Victorieux, les représentants des états allemands se réunirent dans la galerie des glaces du château de Versailles. Le roi de Brandebourg Guillaume Ier fut couronné empereur d’Allemagne le 18 janvier 1871.

Le chancelier Bismarck entama le processus d’unification. Bientôt les réseaux routiers et ferroviaires furent réunis et les usines tournaient à plein régime.

Stabilisé sur le plan européen, l’Empire se chercha une place au soleil.

Les colonies en Afrique et en Asie furent créées et le traité de Berlin de 1885 leur donna une légitimité internationale.

Bismarck et ses successeurs impulsèrent la création d’une armée et d’une marine modernes.

L’Empire oublia ses rancunes envers le voisin Autrichien et une alliance fut signée en 1879.

L’Empire prospère grâce à ses colonies et ses usines et devient rapidement la première puissance économique et militaire en Europe.

L’Empereur Guillaume Ier s’éteint le 9 mars 1888. Lui succèdent son fils Frédéric III et son petit-fils Guillaume II à partir du mois de juin.

La stabilité de la lignée est acquise avec la naissance du futur Guillaume III en 1882 et le prince Guillaume de Brandebourg en 1906.

L’Empire, stabilisé sur le plan économique et dynastique pourrait durer, mais l’assassinat de l’Archiduc d’Autriche en 1914 va tout changer.

Première Guerre Mondiale[]

L’Empire, empêtré dans son alliance avec l’Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Russie le 1er août 1914, puis à la Pologne-Lituanie et à la France le 3.

Les troupes allemandes avancent rapidement sur les deux fronts, mais le conflit se stabilise à partir de 1915.

Les offensives se multiplient à l’est comme à l’ouest, sans grand succès. Les soldats, lassés par cette guerre d’usure commencent à se rebeller.

Les offensives alliées de 1917 relancent la guerre de mouvement et les troupes doivent rapidement se replier vers les territoires de l’Empire.

Berlin est sous portée des canons ennemis dès le début de l’année 1918.

Le Kaiser Guillaume II abdique le 12 mars, et l’armistice signant la défaite et la fin des conflits est ratifiée le 15.

Entre deux Guerres[]

L’Empire perd ses colonies ainsi que l’Alsace-Lorraine suite au Traité de Versailles de 1919. Le pays amputé d’une partie de son armée, doit payer des réparations de guerres de l’ordre de plusieurs millions de marks-or aux vainqueurs.

L’Empire est préservé, mais doit se réformer.

Le Reichstag est créé en mai 1919. Le chancelier devient responsable devant le parlement et non plus devant l’empereur, dont les pouvoirs sont restreints.

La nouvelle constitution du pays, actant ces changements, est ratifiée par l’Empereur en janvier 1920.

Le pays est secoué par la révolution Spartakiste et doit sa victoire aux forces paramilitaires d’extrême droite.

Le pays est pacifié dans le sang, une certaine stabilité revient, mais les tensions politiques demeurent.

Des politiques plus libérales sont menées afin de calmer le pays.

Une certaine stabilité est atteinte à la fin des années 1920, mais la Grande Dépression de 1928 va tout changer.

Les années 1930[]

La crise rattrape le pays dès 1929, le chômage monte en flèche, ainsi que l’inflation.

Les élections de 1930 voient la montée du parti Nazi, qui prendra le pouvoir en 1933.

Le chancelier Adolf Hitler promulgue les pleins pouvoirs le 25 mars 1933 et commence à imposer sa politique.

L’armée est réorganisée et agrandie. Les usines militaires tournent à plein régime, ce qui permet de stabiliser le chômage.

Le régime lance une politique de grands travaux visant à créer le premier réseau autoroutier en Europe.

Suite à l’incendie du Reichstag en février le parti communiste est dissout. Les autres partis sont abolis par la suite, laissant la voie libre au chancelier.

L’Autriche est annexée en mars 1938. Les accords de Munich sont signés en septembre.

Le chancelier tourne alors ses yeux vers l’est et le royaume de Pologne-Lituanie.

Deuxième Guerre Mondiale[]

Le conflit commence le 1er septembre 1939 quand les troupes allemandes entrent en Pologne-Lituanie sans déclaration de guerre.

Les alliés franco-britanniques déclarent la guerre à l’Empire le 3 et passent la frontière le 4.

Le territoire allemand est rapidement menacé et Hitler doit envoyer des troupes à l’ouest.

Le conflit se stabilise sur les deux fronts.

Les troupes allemandes tentent de reprendre l’avantage à plusieurs reprises, mais n’y parviennent pas.

L’État-major change alors de tactique et envoie sa flotte de sous-marins, reconstituée et modernisée à l’assaut de l’Atlantique.

Les convois louisianais et américains à destination du Royaume-Uni sont bientôt coulés par dizaines, ce qui provoque l’entrée en guerre de ces pays en 1941.

Les Alliés, grâce à la mobilisation des flottes américaines et le décryptage des codes allemands reprennent le contrôle des mers et bientôt les soldats américains et louisianais débarquent en France par milliers.

Le front ouest est percé en juin 1941.

Hanovre, puis Hambourg sont rapidement atteintes. Berlin et Munich sont assiégées par les alliés occidentaux à la fin de l’année 1941.

Munich tombe le 1er février 1942, et Berlin le 3 mars. L’empereur Guillaume III capitule sans conditions le 5.

Le pays est vaincu et occupé.

L’empereur est déposé le 7 mars et le corps sans vie de Hitler, carbonisé, est retrouvé dans son bunker en mai.

Après-guerre[]

Le pays, ainsi que l’Autriche libérée, est partagé en quatre zones d’occupation.

Les Alliés s’organisent rapidement et les forces d’occupation entrent dans le pays dès le mois d’avril 1942.

Les Alliés occidentaux : France, Grande-Bretagne et États-Unis coordonnent leurs politiques de contrôle. La Bizone américano-britannique est créée en 1947 et la Trizone en 1948.

La République Fédérale Allemande, sous contrôle Allié est créée en 1955.

Le territoire est réunifié mais reste toujours conquis.

La constitution fédérale est ratifiée par le Haut Conseil Allié le 10 juillet 1955.

Le chancelier Konrad Adenauer est élu par le Bundestag le 3 août et commence une politique de redressement économique et de rapprochement avec la France.

Les années 1960 voient l’unification économique achevée.

Le pays devient membre fondateur de la Confédération Européenne en 1970.

Le pays devient rapidement une puissance économique majeure en Europe, puis dans le monde.

Les années 1990 sous le gouvernement du chancelier Schröder voient un tournant social.

XXIe siècle[]

Les chanceliers Schröder puis Merkel depuis 2005, continuent les politiques de modernisation et de libéralisation du pays.

Le pays engage sa transition énergétique et entame une politique de sortie du nucléaire dès les années 2000.

La crise migratoire de 2015 et les attentats de 2016 voient une montée du parti d’extrême droite AfD.

Le pays, engagé aux côtés des alliés européens dans la lutte contre le terrorisme, a engagé récemment la modernisation de ses troupes.

Dirigeants[]

Confédération Germanique[]

  • Frédéric-Guillaume III : 1804 – 1840
  • Frédéric-Guillaume IV : 1840 – 1861
  • Guillaume Ier : 1861 – 1866

Confédération d’Allemagne du Nord[]

  • Guillaume Ier : 1866 – 1871

Empire Allemand[]

  • Guillaume Ier : 1871 – 1888
  • Frédéric III : 1888
  • Guillaume II : 1888 – 1918
  • Guillaume III : 1918 – 1942

Régime Nazi[]

  • Adolf Hitler (Chancelier du Reich) : 1933 – 1942

Haut Conseil Allié :[]

  • Dwight D. Eisenhower : 1942 – 1944
  • Bernard Montgomery : 1944 – 1946
  • Marie-Pierre Kœnig : 1946 – 1948
  • Edward Rydz-Smigly : 1948 – 1950
  • John J. McCloy : 1950 – 1952
  • Sir Ivone Kirkpatrick : 1952 – 1954
  • André François-Poncet : 1954 – 1955

Chancelier Fédéral :[]

  • Konrad Adenauer (CDU) : 1955 – 1963
  • Ludwig Erhard (CDU) : 1963 – 1966
  • Kurt Georg Kiesinger : (CDU) : 1966 –

1969

  • Willy Brandt (SPD) : 1969 – 1974
  • Helmut Schmidt (SPD) : 1974 – 1982
  • Helmut Kohl (CDU) : 1982 – 1998
  • Gerhard Schröder (SPD) : 1998 – 2005
  • Angela Merkel (CDU) : 2005 –

Advertisement