Uchronie Wiki
Advertisement



Le Pays Basque ou Etat basque (Euskal Herria) est le régime politique établi en 1975 suite à une guerre d'indépendance et des négociations avec l'Espagne et le Gouvernement provisoire socialistes français. Marqué par une période de nationalisme basque durant entre 1980 à 1985, des guerres civiles dont celle des "300 jours" mettent fin à son indépendance en 1990.

Géographie[]

Le Pays Basque était situé à cheval entre la France et l'Espagne. Il avait un accès au Golf de Gascogne et avait une superficie proche de 20000 km2.

Carte du Pays Basque

Carte du Pays Basque

Histoire[]

Des mouvements basques existaient déjà sous l'Etat français pour chercher une indépendance ou une certaine autonomie. L'indépendance de la Corse le 25 septembre 1975 a encouragé les Basques à proclamer leur indépendance. Dans la partie basque de la France, des mouvements indépendantistes agissent violemment et la mort de Franco en novembre 1975 provoque l'insurrection des Basques espagnols. Le régime communiste de France, faible, et l'Espagne plongée dans le chaos acceptent l'indépendance du Pays Basque à demi-coeur. Le Pays Basque devient indépendant le 10 novembre 1975.

Croix du Pays Basque

Symbole du Gouvernement provisoire

Le 10 novembre 1975, le Gouvernement provisoire basque a été formé, dirigé par des leaders indépendantistes tels que Jon Etxebarria et Maite Urkizu. Le nouveau gouvernement s'est rapidement attelé à l'établissement des institutions de l'État basque, y compris un parlement élu, connu sous le nom de Parlement Basque, et un exécutif fort pour administrer les affaires courantes. Les premières années ont été marquées par des efforts pour consolider l'indépendance, notamment par la création de forces de sécurité locales et la mise en place d'une administration propre.

Parlamento Vasco

Le Parlement Basque en pleine session

Cependant, le jeune État a rapidement fait face à des défis économiques et politiques. Le manque de reconnaissance internationale a compliqué les relations diplomatiques et commerciales, tandis que des tensions internes se sont manifestées entre différents groupes politiques, notamment les nationalistes modérés et les militants plus radicaux.

Durant cette période, le gouvernement basque a mis en œuvre des politiques visant à renforcer l'identité et l'autonomie culturelles. L'enseignement de la langue basque a été promu dans les écoles, et des efforts ont été faits pour revitaliser les traditions culturelles et les industries locales. Cependant, les tensions internes ont continué de croître, exacerbées par les difficultés économiques et l'isolement international.

Des groupes nationalo-communistes français, refusant de reconnaître l'indépendance du Pays Basque, ont mené des actions de sabotage et des campagnes de propagande pour déstabiliser le gouvernement basque. En parallèle, des groupes nationalistes basques plus radicaux, mécontents du rythme des réformes, ont commencé à exiger des mesures plus audacieuses pour assurer la viabilité de l'État.

Les tensions ont culminé en 1985 avec une petite guerre civile. Les nationalo-communistes français et les factions internes au Pays Basque, se sont affrontés dans une lutte complexe et violente pour le contrôle du territoire. Les communistes nationalistes ont reçu un soutien tacite de la République Communarde de France, qui voyait dans cette guerre une opportunité de reconquérir des territoires perdus. Les combats ont été intenses, impliquant des guérillas urbaines, des sabotages et des affrontements armés. Les infrastructures du Pays Basque ont été gravement endommagées, et la population civile a souffert de déplacements massifs et de violences. Le gouvernement basque, malgré ses efforts pour résister, a été progressivement affaibli par les pertes et les divisions internes.

Drapeau des nationalistes français

Drapeau des nationalistes français au Pays Basque

La Révolution Jaune en novembre 1989 fait éclater la République communarde de France. Une guerre civile en France commence dite "Guerre des 300 jours". Les sociaux-démocrates au pouvoir de la République démocratique française, des maoïstes radicaux, des royalistes et des nationalistes français qui partagent des idées avec l'ancien Etat français s'affrontent sur le territoire français puis en Corse et au Pays Basque. Les nationalistes français et les royalistes s'allient pour prendre le Pays Basque. Les Espagnols nationalistes veulent eux-aussi reprendre le territoire et ils s'allient avec le groupe nationaliste royaliste français. Bayonne tombe après une grande bataille aux mains des nationalistes français et Bilbao tombe après le siège d'une armée franco-espagnole. Le Pays Basque tombe en août 1990 et est redécoupé entre la partie espagnole et française. Le Parlement Basque a été dissous, et l'administration française a été rétablie, mettant fin à l'indépendance du Pays Basque. Les leaders indépendantistes ont été capturés, exilés ou exécutés, et une période de répression. Après de nombreux combats, l'armée de la République démocratique française arrive à prendre le Pays Basque français aux nationalises et royalistes.

Démocratie basque[]

Après la Révolution écarlate et la proclamation d'indépendance, le Pays Basque a proclamé son autonomie, mettant en place un Parlement basque en 1976. Ce parlement était chargé de gérer les affaires du paysLe Parlement basque était composé de diverses factions politiques, notamment des sociaux-démocrates, des nationalistes basques et des communistes. Les nationalistes basques, en particulier, cherchaient à rétablir une identité basque encore plus forte et revendiquaient un Pays Basque avec une réelle armée.

Advertisement